ACRE  : le soutien à la création ou reprise d'entreprise

ACRE : le soutien à la création ou reprise d’entreprise

Notez cet article

Bienvenue sur notre blog dédié à l’entrepreneuriat ! Si vous envisagez de créer ou reprendre une entreprise, vous êtes au bon endroit. Aujourd’hui, nous allons parler de l’ACRE, un dispositif d’aide qui peut faire la différence dans votre projet. Découvrons ensemble comment fonctionne ce coup de pouce pour les entrepreneurs.

Découvrir l’ACRE : un coup de pouce pour les entrepreneurs

Qu’est-ce que l’ACRE ?

L’ACRE (Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise) est un dispositif mis en place par l’Etat pour favoriser la création et la reprise d’entreprise. Il s’adresse aux personnes qui créent ou reprennent une entreprise individuelle ou une société.

Pourquoi demander l’ACRE ?

L’objectif de l’ACRE est de faciliter le démarrage de votre activité en réduisant vos charges sociales et fiscales. En effet, si vous êtes éligible à l’ACRE, vous pouvez bénéficier d’exonérations et de réductions sur vos cotisations sociales pendant les premières années d’exercice de votre entreprise.

  • Exemple : Vous créez une entreprise individuelle en tant qu’auto-entrepreneur. Grâce à l’ACRE, vous pouvez bénéficier d’une exonération totale des cotisations sociales pendant les 12 premiers mois et d’une réduction de 50% sur ces mêmes cotisations pendant les 12 mois suivants.

Le parcours du combattant : conditions et éligibilité à l’ACRE

Qui peut bénéficier de l’ACRE ?

Tout le monde ne peut pas prétendre à l’ACRE. Pour y avoir droit, il faut remplir certaines conditions :

  • Etre créateur ou repreneur d’une entreprise individuelle ou d’une société.
  • Avoir moins de 26 ans, ou être demandeur d’emploi inscrit à Pôle emploi, ou encore être bénéficiaire de certains minima sociaux (RSA, ASS…).

Comment obtenir l’ACRE ?

Pour bénéficier de l’ACRE, vous devez en faire la demande dans les 45 jours suivant la création ou la reprise de votre entreprise. Cette demande s’effectue directement auprès de votre centre de formalités des entreprises (CFE). Vous devrez fournir plusieurs pièces justificatives pour prouver que vous remplissez les conditions requises.

Lire plus  Compte professionnel : une option possible pour les auto-entrepreneurs

Les avantages de l’ACRE : réductions et exonérations fiscales

Les avantages de l'acre  : réductions et exonérations fiscales

Quels sont les avantages financiers liés à l’ACRE ?

L’un des principaux avantages de l’ACRE est la réduction des charges sociales dont vous devez vous acquitter en tant qu’entrepreneur.

  • Pour une entreprise individuelle :
    • – Exonération totale des cotisations sociales pendant les 12 premiers mois d’exercice.
    • – Réduction de 50% des cotisations sociales pendant les 12 mois suivants.
  • Pour une société :
    • – Exonération totale des cotisations sociales patronales pendant les 12 premiers mois d’exercice.
    • – Réduction de 50% des cotisations sociales patronales pendant les 12 mois suivants.

Quels sont les avantages fiscaux liés à l’ACRE ?

L’ACRE permet également de bénéficier d’une exonération partielle ou totale de la contribution économique territoriale (CET), ainsi que d’une exonération temporaire d’impôt sur le revenu ou sur les sociétés selon le statut juridique choisi.

Faire les bons choix : comment bénéficier de l’ACRE au mieux de ses intérêts

Comment choisir son statut juridique pour bénéficier pleinement de l’ACRE ?

Le choix du statut juridique est important pour optimiser les avantages de l’ACRE. En effet, selon votre situation, certains statuts seront plus avantageux que d’autres. Par exemple :

  • – Si vous créez une entreprise individuelle, vous pouvez opter pour le régime micro-entrepreneur qui permet de bénéficier pleinement des avantages fiscaux et sociaux de l’ACRE.
  • – Si vous créez une société, vous pouvez opter pour le statut SASU qui permet également de profiter pleinement des avantages fiscaux et sociaux de l’ACRE.

Comment éviter les pièges de l’ACRE ?

L’ACRE peut sembler être une aubaine pour les entrepreneurs, mais il convient d’être vigilant pour éviter les pièges. Par exemple, certains statuts juridiques ne sont pas éligibles à l’ACRE ou ne permettent pas de bénéficier pleinement de ses avantages. De même, nous vous suggérons de bien comprendre les conditions et modalités d’attribution de l’ACRE pour éviter toute mauvaise surprise.

Un partenariat gagnant-gagnant : ACRE et autres dispositifs d’aide aux créateurs d’entreprise

Quels sont les autres dispositifs d’aide aux créateurs d’entreprise ?

L’ACRE n’est pas le seul dispositif d’aide aux créateurs d’entreprise. Il existe de nombreuses autres aides financières et accompagnements pour vous aider à réussir votre projet :

  • – L’ARCE (Aide à la reprise ou la création d’entreprise) qui permet de percevoir une partie des allocations chômage sous forme de capital.
  • – Le NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise) qui propose un accompagnement individuel et personnalisé ainsi qu’un prêt à taux zéro.
  • – Les plateformes de financement participatif (crowdfunding) qui permettent de lever des fonds auprès du grand public.
Lire plus  Quelles sont les aides pour les femmes auto-entrepreneuses ?

Comment combiner les dispositifs d’aide aux créateurs d’entreprise ?

Pour maximiser vos chances de succès, il est souvent intéressant de combiner les dispositifs d’aide aux créateurs d’entreprise. Par exemple, vous pouvez demander l’ACRE pour bénéficier de réductions et exonérations fiscales, tout en bénéficiant de l’accompagnement personnalisé du NACRE ou des financements participatifs.

En somme, l’ACRE est un dispositif d’aide précieux pour les entrepreneurs qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise. En respectant les conditions et modalités d’attribution, vous pouvez bénéficier de réductions et exonérations fiscales significatives. Cependant, il convient d’être vigilant pour éviter les pièges et maximiser vos chances de succès en combinant les différents dispositifs d’aide aux créateurs d’entreprise.

Retour en haut